Google aurait mis les fabricants de téléviseurs sous pression pour les empêcher de collaborer avec Amazon. Les contrats qu’il signe pour l’utilisation de son système d’exploitation Android TV stipulent que les constructeurs ne peuvent pas utiliser d’autres versions de l’OS, sous peine de perdre accès à ses services. Ce type de pratiques a déjà valu à Google une sanction de la Commission européenne sur le marché des smartphones.
Amazon a vendu des millions d’appareils de streaming embarquant son système d’exploitation Fire TV ces dernières années. Une situation qui aurait tendance à crisper Google du fait de son quasi-monopole sur le créneau des téléviseurs connectés. Selon nos confrères de Protocol, la multinationale menacerait les constructeurs de leur retirer le droit d’utiliser son système d’exploitation Android TV s’ils utilisent une autre version d’Android.
Ce système d’exploitation dérivé de Linux est en effet open source (c’est la raison initiale de son succès), ce qui signifie que n’importe qui peut en faire une version alternative à celle de Google. C’est ce que fait Amazon avec Fire TV. Si une entreprise décide d’aller à l’encontre de Google, elle perd instantanément l’accès au Google Play Store ainsi qu’à tous les services associés – comme YouTube, Chrome ou encore Google Assistant.

GOOGLE A DÉJÀ ÉTÉ SANCTIONNÉ

Cette situation anticoncurrentielle commence juste à se faire connaître par la voix d’une poignée d’employés de constructeurs, qui témoignent auprès de Protocol sous couvert d’anonymat. Elle explique en partie la raison pour laquelle la firme de Mountain View jouit d’un monopole aussi large depuis des années. En 2019, Google annonçait avoir signé des contrats commerciaux avec pas moins de six fabricants de téléviseurs intelligents sur dix, ainsi qu’avec 140 opérateurs télécoms qui utilisent Android TV sur leurs boxes.
Maintenant que Google voit sa stratégie exposée au grand jour, il pourrait de nouveau s’attirer les foudres des pouvoirs publics alors qu’il a déjà été sanctionné pour de telles pratiques. La Commission européenne lui a ainsi infligé une amende de 4,34 milliards d’euros en juillet 2018 pour abus de position dominante, constatant qu’Android équipait 90% des appareils mobiles sur le marché.
Amazon, qui n’a pas souhaité commenter ces révélations, a simplement indiqué à Protocol vouloir faire en sorte que “les partenaires puissent choisir les solutions qui leur conviennent le mieux selon le modèle de téléviseur ou la zone géographique, parce qu’un important choix d’options est une bonne chose”. La stratégie de Google de proposer un système d’exploitation en open source tout en serrant la vis auprès des constructeurs, conditionnant l’accès au Play Store à ses propres décisions, est le comble de l’hypocrisie.

AMAZON N’EST SANS DOUTE PAS LA SEULE ENTREPRISE CIBLÉE

Par ailleurs, l’accord auquel doivent se soumettre les fabricants ne tient pas compte du type d’appareil. Une entreprise qui construit des téléphones et des smartphones ne peut ainsi pas utiliser une version alternative d’Android, comme Fire d’Amazon, sur un type de produit sans craindre des répercussions pour son autre gamme qui, elle, a recours au système d’exploitation originel de Google. Les termes décrits par Protocol seraient recensés dans un document confidentiel, baptisé Android Compatibility Commitment. Si les acteurs de l’industrie de l’électronique grand public disent être au courant de ces pratiques, ces dernières sont exposées aussi publiquement pour la première fois. La seule exception connue à ce système à ce jour concerne les fabricants qui revendent leurs téléviseurs en marque blanche. Eux peuvent faire tourner leurs produits sous Fire TV, tant que leur nom n’apparaît pas.
Si le conflit qui les opposait a officiellement pris fin l’an dernier, Amazon et Google se sont livrés une bataille féroce entre 2015 et 2017. Tout a commencé quand le premier a décidé de ne plus vendre le célèbre adaptateur Chromecast produit par le deuxième. La firme de Mountain View a alors répliqué, bloquant l’accès des utilisateurs de l’assistant Echo Show et des téléviseurs sous Fire TV à sa plate-forme de visionnage de vidéos YouTube. Comme le relève justement Protocol, il n’est cependant pas question d’imaginer que la stratégie de Google avec l’Android Compatibility Commitment ne concerne que son concurrent frontal. A terme, l’objectif pourrait aussi être d’empêcher certains fabricants de concevoir leur propre système d’exploitation – tels que l’ont fait les géants sud-coréen Samsung et LG.
ARTHUR LE DENN / https://www.usine-digitale.fr/article/google-aurait-fait-pression-sur-les-fabricants-de-smart-tv-pour-qu-ils-ne-travaillent-pas-avec-amazon.N939691